Venga Valverde

Le blog des supporters de la Balaverde


Valverde dans minuto116, Partie 1

Publié par Clément sur 4 Décembre 2013, 23:57pm

En passant en revue ta carrière, on se souvient de ces images étranges de 2009 au Dauphiné où tu étais sur le point de gagner au Ventoux, et où tu as quasiment dû mettre pied à terre pour laisser la victoire à Szmyd

- Je m’en souviens très bien. J’arrivais de derrière et lui était déjà échappé, si bien qu’on a pu un peu parler. Moi ce qui m’intéressait c’était prendre du temps pour le général pour devenir leader ; je lui ai dis que je lui laissais la victoire d’étape et c’est ce qui s’est passé. On a roulé à fond et à 500m de la ligne, je tirais devant et je me suis retourné pour voir où il était. C’est là que j’ai vu qu’il avait un peu lâché prise et j’ai donc levé le pied, mais je ne pouvais pas non plus attendre trop parce que je ne savais pas le temps que j’avais repris à mes rivaux au général. Finalement il est arrivé, m’a dépassé et a gagné. A cause de la nervosité et de la tension, parce qu’il n’a jamais gagné de course, il s’est senti mal et s’est mis à vomir. Au bout du compte j’étais très content parce que je prenais le maillot de leader et parce que lui avait gagné l’étape.

 

Tes caractéristiques ne sont pas celles qu’ont habituellement les cyclistes espagnols.

- Je crois que c’est avant tout naturel. Je m’entraîne pratiquement comme tout le monde et je fais attention à moi. Je suis comme ça depuis petit, j’ai commencé à gagner et peu à peu je suis devenu un coureur explosif, même si dans le même temps je considérais que je devais être un coureur capable de gagner un Grand Tour. Finalement j’ai réussi à en gagner un en 2009, mais j’ai aussi gagné des grandes classiques. Et ce n’est pas quelque chose qui se travaille, c’est naturel.

Penses-tu que si au lieu d’avoir couru dans une équipe espagnole, par habitude plus centrée sur les Grands Tours, et que tu avais couru dans une équipe belge ou nordique, tu te serais plus concentré sur les classiques ?

- Je ne sais pas. Oui je voulais disputer les classiques mais j’ai toujours eu en tête les Grands Tours. L’idée de viser les classiques vient d’Eusebio Unzue : « On doit aller à Liège » m’a-t-il dit. La première année en 2005 ça a été dur mais il était convaincu que je pouvais très

bien faire, et c’est ce qui est arrivé l’année d’après quand j’ai gagné. A ce moment là j’ai commencé à y croire, à me convaincre que les classiques me convenaient bien. Ou plutôt c’est que je ne le savais pas, parce que chez Kelme je n’avais pas couru de grandes classiques. C’est donc Eusebio qui m’a fait comprendre que les classiques me convenaient.

Liège convient très bien à tes caractéristiques. Tu t’y sens comme à la maison ?

- Oui en effet, c’est vrai que je m’y sens très à l’aise. Ca fait maintenant de nombreuses années que j’y marche bien : j’ai gagné deux fois, j’ai fait une fois 2e, et deux fois 3e, c’est donc une course qui me réussit. Pour pratiquement tout le monde, mis à part les classiques pavées, Liège est la course d’un jour la plus exigeante ; mais bon, je la connais bien et elle me plaît beaucoup.

C’est ta préférée ?

- Oui bien sûr.

Tu as un style particulier dans les montées : très souvent on a l’impression que tu es en souffrance, puis soudain tu accélères et en quelques mètres tu lâches tout le monde…

- C’est avant tout parce que je me connais. 

J’essaye d’être régulier ; il y a des coureurs comme Purito et Contador qui peuvent brusquement accélérer,mais eux aussiau bout d’un moment doivent ralentir. Moi à mon rythme je ne me mets pas dans le rouge, et dans les derniers mètres je peux utiliser l’énergie que j’ai un peu gardée avant. C’est ce qui s’est passé cette année dans l’Angliru : j’ai gardé mon rythme, Purito a vu que je ne suivais pas et il s’est mis à fond pour essayer de faire des écarts, mais finalement il a fait moins bien que moi. Dans les derniers mètres c’est lui qui était fatigué alors que moi j’avais gardé des forces. Si j’ai pu terminer 3e de la Vuelta, c’est grâce à ça.

Du point de vue du spectateur, on a l’impression que tu n’aimes pas trop attaquer de loin, c’est vrai ?

- Oui parce que je peux compter sur mes qualités de sprinter. Si ça n’était pas le cas, j’attaquerai de loin. C’est comme Purito qui sait qu’il est capable de tenir 700 mètres à un rythme incroyable. Que fait-il du coup ? Il profite de cet avantage, et quand il utilise cette cartouche, ces 700 mètres de folie, c’est très dur de le rattraper.

Commenter cet article

el abuelo 11/12/2013 17:54

Allez Clément on t'attend !

Eddy 11/12/2013 11:37

Oui très bon article, merci Clément. Hâte de lire la suite...

Yoann 11/12/2013 01:39

Simpa l'article, vivement la reprise tout de même ça devient un peu long

joel 10/12/2013 23:01

Autre bonne nouvelle : la licence WT de Movistar est renouvelée pour la période 2014-2016!

joel 10/12/2013 18:27

Igor Anton chez Movistar! Une recrue de choix!

Clément 10/12/2013 21:02

Très bonne nouvelle !

joel 10/12/2013 15:18

Remise des Trophées Word Tour le 19 décembre à Madrid par le nouveau président de l'UCI, Brian Cookson (cl. ind. : 1. Rodriguez ...3.Valverde ; cl. par éq. : 1. Movistar ; cl. par pays : 1. Espagne). Je suppose qu'Alejandro sera de la fête!

En 2008, il y avait eu un "tiercé" comparable (1.Valverde...1. Caisse d'Epargne...1. Espagne)

La semaine prochaine devrait mettre un coup d'accélérateur à l'approche de la saison!

Clément 10/12/2013 11:34

Très bientôt sur le blog la 2e partie de l'interview !

Clément 08/12/2013 17:04

Point de vue intéressant de Thibaut Pinot dans son interview à VeloChrono : " Le Chris Horner de la Vuelta 2013 était plus fort que le Chris Froome du Tour 2012. Je pense vraiment que le quatuor de la Vuelta 2013 (Horner, Nibali, Valverde, Rodriguez) était plus fort que le trio du Tour 2012 (Wiggins, Froome, Nibali)."

joel 09/12/2013 09:08

...conclusion : le Valverde 2013 était beaucoup plus fort que le Valverde 2012. Cela ne nous avait pas échappé! Souhaitons que le Valverde 2014 soit encore plus fort!

girsstar 06/12/2013 08:37

Di Luca enfin sanctionné mais trop tardivement !
Un des plus grands tricheurs de la décennie...
Pourquoi ne pas lui retirer toutes ses victoires comme pour Armstrong !
Giro 2007, Lombardie 2001, Amstel 2005, Pays basque 2005, Glèche Wallonne 2005, et Liège 2007 (2ème Valverde encore frustré),

joel 05/12/2013 13:45

Il est tout de même intéressant de lire qu'Alejandro s'est toujours considéré comme un coureur capable de remporter un grand Tour et qu'il a fallu qu' Unzué le persuade qu'il pouvait aussi remporter de grandes classiques (comme Liège-Bastogne-Liège).

A priori, on aurait plutôt pensé exactement le contraire : un coureur qui se voit d'abord comme un coureur de classiques que l'on convainc qu'i peut aussi briller sur un grand Tour!

Du coup, on comprend mieux les choix qu'il fait et les priorités qui sont les siennes.

joel 05/12/2013 09:46

L'état capillaire de notre champion me semble stationnaire :

https://twitter.com/UCAM/status/408353592576598016/photo/1

Bernard 05/12/2013 06:37

Merci Clément pour cet interview qu'on lit avec plaisir. On voit bien que Purito l'obsède un peu.

Des nouvelles de Samuel Sanchez assez étonnantes: il a reçu une offre d'une formation continentale australienne, Cellarbrations Racing Team. CRT lui propose une place de leader, sans salaire, mais en lui payant le transport et les droits d'entrée pour les courses, et en lui fournissant un maillot et toutes les barres énergétiques dont il aurait besoin !!! Il aura le "superbe mode de vie australien." mais pas de logement, un matelas gonflable étant disponible chez un dirigeant de l'équipe. Le rêve ...On est loin des milliardaires russes ou anglais! C'est assez sympa mais on ne sait pas s'il a un vélo...peu de chance que ce soit un Canyon

gabi 05/12/2013 00:42

Je ne connais pas un autre coureur qui aurait laissé gagner Smzyd (au mont ventoux en plus) en l'attendant parce qu'il lui avait promis la victoire... C'est pour ça qu"on l'aime aussi Alejandro c'est quelqu'un qui a des valeurs, qui n'a qu'une parole. Très intéressant cet article..

Archives