Venga Valverde

Le blog des supporters de la Balaverde


Une histoire de manivelles...

Publié par Benoit Laurenti sur 7 Mai 2014, 07:29am

Dans le jargon cycliste, l'affrontement entre deux cyclistes se traduit par l'expression "Une belle partie de manivelles." Si je mentionne ce détail, ce n'est pas un hasard. Une info passé totalement inaperçue a attiré l'attention de Clément et moi-même. En 2014, Alejandro Valverde a décidé de réduire la longueur de ses manivelles. Choix qui peut paraître anodin pour les non-initiés, mais qui peut avoir un réel impact sur la performance d'un coureur. En positif comme en négatif par ailleurs.

Ce qu'il faut souligner, c'est la recherche d'une amélioration combinant les facteurs techniques (le vélo), et physiologiques-anatomiques (le coureur). Voici plus précisément l'opération effectuée dans le cas de Valverde :

En même temps que son changement de bicyclette (passant de Pinarello à Canyon), le murcien a donc changé de longueur de manivelles. Autrefois d'une longueur de 172.5mm, elles sont aujourd'hui d'une longueur de 170mm. Mais qu'elle est l'utilité d'un tel changement ? Sur son vélo classique comme sur son vélo de contre-la-montre, ce changement a eu pour effet d'augmenter la cadence de pédalage d'El Imbatido. Ce changement a surtout impacté sa production glycogénique, très importante sur des montées telles que le Mur de Huy. Le ratio production de watts / durée de la production s'est amélioré en sa faveur, et ses victoires sont clairement là pour le démontrer.

Curieux d'en savoir plus, j'ai envoyé un petit tweet à Fréderic Grappe qui bien voulu répondre :

C'est toujours la somme des tout petits plus qui au final, fait un gros plus. Le plus difficile étant de trouver les petits plus !

Fréderic Grappe, entraîneur FDJ.

(c) Antoine Barthélémy

(c) Antoine Barthélémy

Commenter cet article

girsstar 10/05/2014 11:47

Evans aura son mot à dire dans ce Giro.
Il grimpe bien, excelle en contre la montre et il peut inquiéter les 2 grands favoris Quintana et Rodriguez.
Ce trio me semble au-dessus du lot. Attention toutefois à Pozzovivo qui peut s'imiscer dans la bagarre.
Derrière, il y a un trou, je ne vois pas Uran et Majka inquiéter les 4 précités.
Quant à Scarponi, je le trouve de moins en moins performant.

loic 10/05/2014 11:45

C'est interessant de voir que le parcours du tour peut convenir a alejandro. La premiére partie avec les pavés et la moyenne montagne puis les alpes lui permettrait, je pense et sans incidents, de bien se placer au général avant le plat de resistance.
Cela lui donnera un moral de feu, tout en sachant que l'année derniere demotivé par sa desillusion il avait bien figuré malgré tout sur la 3ieme semaine, faisant mieux que contador par exemple.
Il peut y avoir des écarts sur les pavés d'abord, il sera très a son avantage sur les pentes accidentés ensuite et je le vois brillant dans les alpes notamment a chamrousse( style courchevel).
Alejandro sera parmi les 5,6 favoris avec un froome au dessus au départ, un contador plus en forme que l'année précedente peut etre, mais après cela se tient, nibali par exemple n'étant pas au dessus d'alejandro sur le papier.
Les autres outsiders ne me font pas trembler a l'image de van garderen notamment.
Si on perd un froome extraterrestre, le tour serait très ouvert tactiquement, a l'image des tours d'espagne et alejandro aurait plus que jamais son mot a dire.
J'y crois vraiment a son premier podium et ainsi conjurer le mauvais sort de la relation qu'il a avec le tour.

joel 09/05/2014 21:37

Un regard sur le clm par équipes par lequel débutait le Giro : pas de surprise, les Orica, OPQS et BMC sont les meilleurs dans ce genre d'exercice.

Movistar est un peu loin à mon avis et les écarts ne sont pas minces.

Mais c'est pire pour Purito, même si c'était aussi attendu.

Clément 09/05/2014 22:50

Et notons l'abandon sur chute de Dan Martin, certes pas un favori, mais quel poisse pour lui, après sa chute à Liège...

Clément 08/05/2014 17:17

Petit hors-sujet pour souligner qu'Evans, 18 top 10 cette année, est un des candidats sérieux à la victoire sur le Giro : je le situe juste derrière Quintana et Rodriguez (qui peuvent être considérés comme les 2 grands favoris), et devant Uran, Pozzovivo etc, qui seront plus là pour le podium ou le top 5 à mon avis. Intéressant sachant qu'il a 37 ans (3 de plus que Valverde, donc) !

loic 09/05/2014 21:00

Il est plus a l'aise sur les cols roulants des alpes, il me semble. Même si son origine fait de lui un coureur attendu dans les pyrenées par un public ibérique plus nombreux, il a plus souvent réussi dans l'autre massif quelque soit le sens des traversées. Je n'ai pas regardé le parcours, apparement les pyrénées seront plus dures que les alpes? Je n'ai pas un apriori favorable alors.
Mais malgré tout j'ai comme un pressentiment qu'alejandro aura le ciel avec lui cette année et qu' un podium l'attend résultant de circonstances favorables. Et puis si c'est définitivement pas son destin d'y briller, on aura moins de regret qu'il n'y participe plus les années suivantes, par contre s'il brise la malédiction, quid de l'année prochaine?

Bernard 09/05/2014 08:26

Pour le Tour de France,... j'ai buggé

Bernard 09/05/2014 08:26

Pour le tous, si il passe à travers la loterie du début et si un des 3, Froome, Contador, Nibali a un problème, c'est vraiment jouable pour le podium et pourquoi pas mieux. Il y a aussi des inconnues sur Froome (sa préparation quelle que soit sa nature, sportive ou autre peut ne pas marcher) et Contador (est-il aussi résistant que Valverde).. Comme le dit Contador les Pyrénées seront cruciales, et Valverde, ça il aime, il sait faire aussi bien que Contador. En espérant que les manivelles nouvelles lui vont bien dans le clm ce que son début de saison avait suggéré

Clément 09/05/2014 00:35

Oui Quintana aura le leadership sur le Tour l'an prochain, c'est un peu le "deal" implicite qui a été passé cette année entre lui et Valverde. Et du coup il y a de fortes chances pour que Valverde soit sur le Giro. Mais avec le niveau qu'a Alejandro cette année (les déclarations récentes de Rojas à ce sujet sont significatives, lui qui s'entraîne avec lui très souvent), c'est très bien qu'il aille sur le Tour pour jouer son va-tout une dernière fois avant de changer d'air niveau calendrier ! Déjà l'an passé il avait un niveau impressionnant sur le Tour, jusqu'à ses 10mn de perdues d'un coup. Alors cette année, j'ai hâte de voir ce que ça va donner. Tout est possible avec les pièges de la 1ere semaine, le meilleur comme le pire. En tout cas en termes de niveau, je le situe favori pour la 3e place, au coude à coude avec Nibali.
Sans compter que s'il avait couru le Giro cette année il aurait dû plus se réserver en début de saison, et ne nous aurait pas autant fait plaisir jusqu'ici, ou alors il aurait été cramé pour la course.

Fabien 08/05/2014 23:24

pour le tour suis pas sûr que quintana aurait bien passé les pavés... et ça laisse une dernière chance a alejandro d'accrocher un podium, par contre je pense que l'année prochaine cela sera sûrement l'inverse : quintana sur le tour et la balaverde sur le tour d'Italie.

girsstar 08/05/2014 22:33

Personnellement, j'aurais préféré voir Valverde s'aligner sur le Giro dès cette année et Quintana sur le Tour.
Je considère que ses chances de succès auraient été bien supérieures à celles que le Tour de France pourra lui offrir face aux Froome, Contador, Nibali.
A mon avis seul Rodriguez aurait pu l'inquiéter pour la victoire.
Quant au sujet des manivelles, pratiquant le cyclisme depuis 1960, les 170mm passent partout. A partir de 175mm, les risques de problèmes musculaires existent.

joel 08/05/2014 18:33

...un beau modèle pour Alejandro : vainqueur du Tour à 34 ans (30e et 26e les deux années précédentes)

Bernard 08/05/2014 07:30

Ceux qui lisent l'espagnol pourront sur le lien suivan thttp://www.dlcmagazine.com/dlc-pro-magazine-no17/ télécharger et lire gratuitement sur DLC Pro magazine l'article el gran secreto de Valverde, dans lequel la réduction progressive des manivelles de 175 à 172.5 puis à 170 est décrite http://issuu.com/revistadesdelacuneta/docs/p17
Quintana bien que plus petit (1.67 contre 1.78 pour Valverde) utilise 172.5. Hier je me suis trompé c'est Hinault qui utilisait toujours 172.5 et Anquetil qui variait , jusqu'à 180. Tout semble être un compromis entre la taille, l'entre-jambe, et les contraintes biomécaniques du cycliste. De plus grandes manivelles augmentent les angles de pédalage et peuvent favoriser des problèmes ligamentaires en augmentant les contraintes angulaires; par contre elle permettraient de mettre "des leviers dans les jambes", et de tirer plus grand sans augmenter la puissance musculaire nécessaire.
En fait l'adaptation biomécanique est personnelle et ce qui importe est que ce choix lui soit bien adapté: on souhaite en particulier qu' Alejandro puisse suivre les accélérations parfois fulgurantes des purs grimpeurs, sans rien perdre de ce qui lui est spécifique, cette capacité à revenir progressivement quand la longueur du col le permet.

Bernard 08/05/2014 14:50

Oui j'avais vu la critique, mais en lisant le vieux bouquin de Hinault et Genzling, on apprend qu'Anquetil en changeait même - de longueur de manivelle - selon les courses, et qu'il mettait du 180 dans les contre la montre et la montagne
Ce que je crois retenir assez simplement, c'est qu'en réduisant la longueur de manivelles, tu réduis les risques de tendinopathie qui sont quand même assez probables avec l'âge croissant. Par ailleurs Hinault qui a multiplié les problèmes de tendon était prudent et gardait une longueur fixe.
Donc contrairement à la réflexion de l'article qui ne considère que la biomécanique, les sensations, la souplesse, la récupération musculo-tendineuse doivent jouer aussi et c'est l'intégration de l'ensemble de ces paramètres que Valverde doit avoir pris en considération. De plus c'est un indice qu'il passe moins en force, et j'ai toujours été surpris de le reconnaître assez facilement dans les cols, grâce à son style - un coup de rein fort, harmonieux et efficace-, mais aussitôt on remarque une cadence de pédalage un peu pus basse que ceux avec qui il est, et même quand il attaque il est en puissance; donc c'est plutôt bien apparemment de réduire le levier

Clément 08/05/2014 12:31

Merci pour le lien. L'article est assez critique en fait : "comment est-ce possible qu'un des meilleurs coureurs du monde passe toute sa carrière à changer la longueur de sa manivelle, alors qu'une étude biomécanique aurait permis de déterminer la longueur adaptée [sous entendu, dès le début] ?".

Mais au moins Valverde, lui, n'est pas un robot qui applique sans réfléchir des méthodes scientifiques qu'on lui impose...il marche aussi aux sensations, c'est sa façon de faire, et ça lui a toujours réussi jusqu'ici. Après, si ce changement le rend plus efficace, tant mieux !

loic 07/05/2014 19:36

C'est armstrong qui a revolutionné la frequence de pédalage. A l'epoque cyril guimard l'excellent directeur sportif, avait dit que c'était une grosse connerie, qu'il fallait emmener du braquet et que ce que faisait armstrong n'était pas l'avenir!
Résultat tout le monde y vient.
Ca peut être bien pour alejandro en vue du tour et surtout il en est très content, donc le moral au beau fixe.

girsstar 07/05/2014 17:54

J'espère que Valverde n'abdique pas pour les prochains championnats du monde. Il donne l'impression avec sa (trop) grande modestie de se contenter des nombreux accessits qui certes l' honorent mais je déplore un peu son manque d'agressivité qui peut-être lui ferait franchir le palier vers la victoire.
S'il y a bien une épreuve majeure qui lui manque et qu'il mérite par-dessus tout, c'est le titre mondial qui viendrait comme la consécration d'une si belle carrière, avec en supplément un tour de Lombardie !

joel 07/05/2014 22:31

Oui, il lui reste Ponferrada (34 ans) et Richmond, parcours très intéressant et sélectif (35 ans). Cela passe vite, mais ce n'est pas rien...Après, ce sera plus aléatoire....à moins que les JO de Rio ne lui sourient!

Clément 07/05/2014 21:14

Non non, je ne voulais pas du tout dire qu'il abdiquait et ce n'est pas le cas du tout. Il a fait du Mondial cette année un grand objectif, et il a modulé son programme de saison exprès pour y arriver en forme, en n'ayant pas trop de jours de course en début de saison. Ce qu'il veut dire simplement, c'est que les années passent, et les prochains parcours (après celui de cette année) ne lui correspondront peut-être pas autant que tous les précédents (il y aura forcément un Mondial pour sprinters très bientôt, logiquement) : c'est donc possible qu'il doive se contenter à la fin de sa carrière de ses plusieurs podiums. Mais ça n'enlève rien au fait qu'il est encore très motivé pour tenter de gagner quand même ce Mondial qui lui résiste ! Il essaiera jusqu'à la fin de sa carrière et c'est bien normal. Et comme je le disais, l'occasion de cette année pourrait vraiment être la bonne (on dit ça chaque année certes, mais il passe près du but à chaque fois, et cette fois les avis de ceux qui ont testé le parcours disent que Valverde peut vraiment tirer son épingle du jeu).

joel 07/05/2014 16:24

Sur quelques autres points traités ce jour sur le blog, tous très intéressants :

-Très bien si les manivelles plus courtes lui conviennent mieux. Je ne suis pas spécialiste, mais je lui fais confiance car il est perfectionniste. Sur ce sujet, une fiche technique très claire sur

http://www.cyclesud.fr/chroniques/manivelle.html

-Sur la Vuelta 2006 : c’est passé et donc inutile de revenir là-dessus, mais il est sûr qu’Alejandro qui portait le maillot amarillo depuis neuf jours a été filouté par les Kazakhs dans le Monachil

-Sky : on avait appris il ya quelques jours que Boasson Hagen pourrait signer chez BMC ; on apprend aujourd’hui que Geraint Thomas pourrait à son tour quitter l’équipe Sky. Sans vouloir jaser, on est tout de même amené à dire, comme un Anglais plus célèbre que Froome, qu’ « il y a quelque chose de pourri dans le royaume... »

-Sur Froome et le Tour, de deux choses l’une : ou bien il jouera les robocops comme l’an dernier et beaucoup (dont je suis) resteront de marbre, bourrelés de soupçons ; ou bien il disparaîtra comme Wiggins ne laissant qu’une trace sulfureuse. J’imagine mal une option médiane.

joel 07/05/2014 16:22

Je ne crois pas qu’il faille interpréter les propos de Valverde sur le Mondial comme un changement de cap, voire une démission. Ce que je perçois dans ses propos c’est surtout une pointe d’agacement quand on compte pour quantité négligeable de très belles places d’honneur ! Compréhensible !

Alejandro est d’une grande constance dans ses déclarations : priorité aux Tours et aux classiques qui sont compatibles avec eux, rêve suprême du maillot arc-en-ciel, et aussi grande curiosité pour le Tour des Flandres. En même temps il ne joue jamais pas les matamores, sait rester simple, humble et réaliste : il a l’intelligence d’avoir compris que fanfaronnades sont souvent ridicules, surtout lorsqu’elles sont portées par la parole publique !

Nous qui sommes ses supporters ne sommes pas tenus à la même modestie. J’aime les déclarations d’un proche parmi les proches, Rojas, reprises aujourd’hui sur

http://www.biciciclismo.com/cas/site/noticias-ficha.asp?id=71482

Rojas dit avoir une pleine confiance dans les possibilités de son leader qui traverse l’un des meilleurs moments de sa carrière, qu’il n’est pas surpris, lui qui s’entraîne souvent avec Alejandro de lui voir accomplir un tel début de saison (ce qui l’a plutôt surpris c’est qu’il n’ait pas remporté plus de victoires la saison passée) :

« J’ai beaucoup de foi en lui. Il va faire un grand Tour et je serai à ses côtés ».

On ne peut pas mieux dire quand on aime Alejandro !

Eddy 07/05/2014 15:49

J'aime bien cette photo... au plus près du champion! Concernant la taille des manivelles, Alejandro doit être bien conseillé et va vers la tendance moderne : plus de cadence et moins de braquet. Quand mon père qui faisait beaucoup de vélo dans les années 70 - 80 entend les développements utilisés aujourd'hui par les coureurs, il bondit en disant que c'est n'importe quoi et qu'à son époque ils montaient partout avec le 42/21 ou maxi 23 (et évidemment une cadence de pédalage très basse). Une grande taille de manivelles permettait alors plus de levier pour emmener de tels braquets. Depuis l'aire Armstrong et sa légendaire moulinette, on s'est bien aperçu qu'il vaut mieux privilégier la cadence et un braquet plus souple, n'en déplaise à mon père ! Alejandro devrait peut être être un peu plus à l'aise notamment en montagne avec ce petit plus...

Bernard 07/05/2014 10:38

PS Bravo pour la citation de Grappe. Il ne faut jamais négliger la somme des infiniments petits qui s 'additionnent, la somme des gouttes d'eau qui font un fleuve, ni celle des petits détails qui font une victoire
Un gars comme Grappe donne des lettres de noblesse à ce sport intelligent qu'est le cyclisme. A l'époque d'Hinault, ce travail avait déjà commencé et j'ai la chance d'avoir un beau livre de ce dernier écrit avec un gars de polytechnique Genzling, Cyclisme sur route de Robert Lafont. Il y figure un chapitre sur les manivelles Merckx roulait avec du 175, Anquetil avec du 180, Robic avec du 170,et Hinault est monté à 177,5 progressivement. Robic n'a jamais eu de problème tendineux. C'est bien de sortir de l'époque des surpuissants M/A/H.

Clément 07/05/2014 09:49

Petite synthèse de ses réponses à Biciciclismo :
"Je vais continuer à me concentrer sur les courses par étapes tout en ne négligeant pas les classiques, en somme ce que j'ai fais cette année. Les classiques que je dispute se combinent parfaitement avec le Tour et la Vuelta."
"Je crois que oui je pourrais bien marcher sur le Tour des Flandres. C'est une course qui n'est pas parfaite pour moi mais je crois que je pourrais bien y figurer".

Sa confidence la plus intéressante : "En vérité je ne sais pas si j'aurai un Mondial. Je suis content de la façon dont j'ai couru, j'ai 5 médailles, et je ne peux pas demander plus [sur ce qui s'est passé jusqu'ici, il veut dire je pense]. [En revanche] j'aurais pu avoir une Vuelta de plus, celle de 2006, sans mon erreur à Monachil. Oui celle là je crois que j'aurais pu la gagner. Celle de 2008 non, peut-être le podium oui mais pas la victoire".

--> pour la 1ere fois de sa carrière il envisage l'idée qu'il ne gagnera pas le Mondial. Jusqu'ici il disait toujours "j'aurais d'autres occasions". Ce n'est pas plus mal : avec l'idée que ça sera peut-être sa dernière occasion cette année, il ne courra pas avec le même état d'esprit, et ça peut lui réussir. Un article intéressant sur le Mondial est sorti pendant les ardennaises (c'était les témoignages de Pozzato et Paolini qui ont testé le parcours), je n'en ai pas parlé parce que ce n'était pas le bon moment, mais la conclusion c'était que les grands favoris seront le trio Valverde-Sagan-Gilbert (avec Gerrans aussi...). Or Sagan ne répond jamais présent sur les grands rendez-vous, et Gilbert n'est pas aussi régulier que Valverde, et n'aura pas une vraie grande bosse pour démarrer. Cette fois il faudra faire très attention à Gerrans. Mais je suis convaincu que ça peut être l'année ou jamais pour lui.
L'autre chose c'est qu'il pense que la Vuelta 2006 aurait pu être pour lui. Je ne me rappelle plus de son "erreur de Monachil" mais ce dont je suis sûr c'est qu'il a perdu avant tout parce qu'il était contre un duo dopé, Vino-Kash. Il a fait d'autres erreurs dans sa carrière qui lui ont coûté des belles victoires, mais là en l'occurrence je ne crois pas qu'il ait à s'en vouloir.

Il montre aussi un peu d'énervement suite aux réactions qui ont suivi sa 2e place à Liège : "on dirait que faire 2e n'était pas assez, qu'il aurait fallu que je gagne. N'importe où où je vais, je dois gagner [dans la tête des gens]."

Enfin à propos du Tour de cette année, il dit qu'il visera au départ le maximum, et que s'il monte sur le podium il sera très content.

Bernard 07/05/2014 10:21

beau gabarit surpuissant qui reste à côté des poids plumes, ceux-ci ne le lâchant qu'en danseuse....

joel 07/05/2014 10:20

Merci de toutes ces infos très intéressantes!

Bernard 07/05/2014 10:18

Je me souvenais vaguement de cette étape ou Vino avait lâché Valverde, puis celui-ci était revenu dans la descente et Vino était reparti...trop fort et à l'époque j'étais dégouté. Trop facile de dire que Vino ne marchait pas qu'à l'eau claire, mais enfin, je me laisse aller.
Un lien en espagnol pour se remémorer cette étape critique ou Valverde n'avait pas repris la roue de Vino après l'avoir rattrapé
http://plataformarecorridosciclistas.org/2010/10/03/recordando-la-vuelta-2006/

Puisque l'on est dans les manivelles, ci-joint une réflexion intéressante trouvée sur le forum de velochrono et qui est juste. On voit toujours Indurain cité comme exemple de puissance excessive et on oublie toujours de la rapporter au poids. Quel est le tout modeste amateur qui n'a pas monté un col à côté d'un beau gabarit qui surpuissant que les poids plumes ne lachent qu'en danseuse et qui se font reprendre au train. C'était Indurain et il mérite le respect.
Le texte critiqué
« L’an dernier, Froome était à 410W de moyenne sur un dernier col, et c’était beaucoup, mais pas complètement extravagant....D’ici à ce qu’on retrouve les chiffres des années Indurain-Pantani-Ullrich-Riis ( le pire ?? Indurain 95, avec un hallucinant 455W de moyenne portés par ses 80kg !! ).. »
et le bon argument :"Justement, le fait qu’un gars de 80 kg développe 455 w me choque moins qu’un squelette qui développe 410 w ! Que Froome grimpe, oui, il en a le profil, mais la surprise, c’est qu’il développe autant de puissance, car plus on est léger, moins on a de force"
http://www.velochrono.fr/actu/2014/froome-sur-la-voie-royale/#ixzz311202rnW

Pour Indurain, qu'on lui lâche donc la ..grappe, ce dernier ayant toujours eu l'intelligence de rapporter la puissance émise au poids du coureur (ci-joint d'ailleurs un extrait où figure Monachil

http://books.google.fr/books?id=vG0pAwAAQBAJ&pg=PA434&lpg=PA434&dq=vuelta+2006+monachil&source=bl&ots=zlcT9dJTn2&sig=sK3i3Q62pWnyq0khbzzDwDwy0L8&hl=fr&sa=X&ei=lehpU5P_HKnW0QX5sYCACw&ved=0CE4Q6AEwBA#v=onepage&q=vuelta%202006%20monachil&f=false

Clément 07/05/2014 08:55

Oui, depuis cette année (les tests ont commencé à la fin de l'année dernière) Alejandro a choisi de favoriser la cadence plutôt que la puissance et c'est une bonne chose, lui qui embrayait gros parfois (en tout cas c'était mon impression visuelle). En tout cas ça a l'air de bien lui réussir dans les côtes. Il a aussi appliqué ce changement pour les chronos d'ailleurs.

Dans le même article d'El Confidential (publié après sa victoire à la Flèche), Alejandro dit ceci : "C'est sans aucun doute ma meilleure saison en termes de résultats et de sensations. Mes tests d'efforts n'ont jamais été aussi bons et je me sens vraiment bien. Tout comme pour attaquer de loin et ne pas avoir à attendre les derniers mètres".
Il ajoute : "La clé, c'est de ne pas courir excessivement. Personnellement les courses de peu de jours me vont bien, parce qu'ainsi je garde mon "étincelle" et mon corps n'est pas surchargé. Je cours et je récupère".

Archives